EHLG en faveur de la Communauté Pays Basque

MEDIABASK – La Communauté Pays Basque a trouvé un nouveau soutien dans le domaine agricole. Selon les représentants d’EHLG, réunis en conférence de presse ce jeudi 29 octobre, la refuser reviendrait à tourner le dos à ce que le Pays Basque a voulu faire depuis vingt ans.

Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG), qui prône une agriculture paysanne et durable au Pays Basque, s’est prononcée en faveur de la Communauté Pays Basque en conférence de presse, ce jeudi 29 octobre.

Relevant que la question agricole est l’un des éléments fondateurs de la revendication institutionnelle pour le Pays Basque, EHLG estime que le cadre départemental empêche la maîtrise de l’agriculture par ses propres paysans.

Des paysans qui ont une volonté forte, selon l’association, de disposer d’une institution propre qui leur permette d’ « assumer des choix aux antipodes de la course aux volumes à bas prix prônée au nom d’une pseudo-compétitivité ».

EHLG regrette le refus de l’Etat de permettre la création d’une collectivité territoriale à statut particulier au nom du droit commun, projet dans lequel l’agriculture tenait une place importante notamment par la création d’une chambre d’agriculture du Pays Basque et l’élaboration d’un projet commun à l’ensemble du territoire.

Pour autant, ses représentants tiennent à souligner « le travail extrêmement fouillé et précis » relatif à la création de l’EPCI unique, dont ils ont assisté, à la restitution le 26 septembre à Itxassou et au sein duquel l’agriculture pourrait avoir une place de choix.

Des brebis laitières aux vaches à viande, l’agriculture est un levier de développement pour l’ensemble du territoire basque et doit être traité comme les autres questions essentielles inhérentes au Pays Basque selon EHLG : « de façon transversale, dans un cadre institutionnel, dans un objectif de durabilité, de solidarité et de réciprocité territoriale ».

Une réciprocité territoriale qu’EHLG constate de fait : « les paysans ont besoin des citadins pour écouler les productions de leurs fermes et la côte a besoin des paysans pour accéder à une alimentation de qualité et de proximité ».